visu_paul.jpg
i28.jpg

Profil
 
Le mot "actuaire" apparaît pour la première fois au 18ème siècle en Angleterre sous le terme actuary : "expert who calculates insurance risks and premiums". Le dictionnaire Larousse le définit aujourd'hui comme le "spécialiste qui fait des calculs statistiques pour les assurances". Cette vision est un peu réductrice et il faut plutôt considérer l'actuaire comme un spécialiste de la gestion des risques au sein des compagnies d'assurance. Il conduit des études pour modéliser mathématiquement ces risques (élaboration et tarification de contrats d'assurance, évaluation de produits financiers, choix d'investissements, gestion des risques financiers). Mais il maîtrise aussi les aspects juridiques, comptables, fiscaux et commerciaux dans lesquels se situe son intervention.

Historiquement, les études actuarielles sont apparues dès que s’est posé le problème d’organisation et de financement d’un système d’assurance sur la vie. Aujourd’hui, l’activité de l’actuaire s’est étendue à l’ensemble des systèmes d’assurance (régimes de retraite et de prévoyance, assurances de personnes, assurances incendie, accidents, risques divers). Amené à s’intéresser à la gestion de fonds considérables recueillis par les entreprises d’assurance, l’actuaire doit également avoir des connaissances en finance quantitative.

Créé en 1891 par l’Institut des Actuaires Français, le titre d’« actuaire » était initialement destiné aux professionnels réussissant avec succès un examen de qualification. A partir de 1930, un diplôme fut également délivré au titre de la formation par l’université de Lyon (ISFA) puis progressivement par plusieurs universités et Grandes Ecoles, dont l’ENSAE en 1985. Le mouvement actuariel en France est géré aujourd’hui par l’Institut des Actuaires. Il est riche en 2015 de 3 000 actuaires associés ou qualifiés. On compte environ 200 nouveaux actuaires formés chaque année.

La voie Actuariat permet aux étudiants de l’ENSAE d’acquérir un solide socle méthodologique et de présenter leur candidature devant
l'Institut des Actuaires pour y devenir membre associé

Métiers
 
Historiquement, le coeur de métier de l’actuaire était la tarification des contrats d’assurance et le provisionnement des engagements liés à ces contrats. En assurance dommage, près de 70% du passif des compagnies est constitué par les provisions pour sinistres à payer. Leur impact sur le résultat des compagnies d’assurance rend leur évaluation hautement stratégique. C’est pourquoi les actuaires seniors des compagnies d’assurance sont amenés à occuper des postes d’encadrement et de haute responsabilité. Ils doivent pour cela avoir des connaissances pointues en statistique, en informatique et en assurance.
 
Les risques de catastrophes naturelles et les risques industriels des grands groupes ont un impact de plus en plus important sur le passif des compagnies d'assurance non-vie. Le recours à des produits de réassurance est devenu une nécessité pour la solvabilité des compagnies. On comprend donc que les actuaires trouvent aussi naturellement leur place dans les compagnies d'assurance et de réassurance pour mettre en place des mécanismes de partage des risques.
 
L’inversion du cycle de production en assurance conduit les compagnies à collecter de grosses sommes d’argent et à les gérer de manière intelligente. Le montant des actifs gérés par les assureurs vie fin 2014 s’élevait à plus de 1 900 milliards d’euros (source : FFSA). L’actuaire a une place privilégiée à occuper dans les métiers de gestion actif-passif et d’allocation d’actifs. Ces métiers nécessitent une très bonne maîtrise des outils de gestion de portefeuille et des mathématiques financières. Le développement des plans d’épargne retraite a fait émerger au cours des quinze dernieres années en France des opportunités d’emploi et des débouchés pour les actuaires.

Les cabinets d'actuaires, les départements d'audit interne des compagnies d'assurance et l'autorité de régulation (ACP, Autorité de Contrôle Prudentiel) proposent enfin des métiers transversaux aux actuaires, dans le domaine du contrôle et de l'audit.  

En résumé, le diplôme d’actuaire permet d’occuper des postes de haut niveau au sein des compagnies d’assurances. Il fournit la base des connaissances nécessaires à une carrière orientée vers l’enseignement et la recherche en assurance.

Voir les cours de la voie.

passionnants et d’occuper
plus tard des postes de haut niveau au sein des compagnies d’assurances. Il fournit enfin la base des
connaissances nécessaires à une carrière orientée vers l’enseignement et la recherche en assurance.

crest.jpg